Category: Politique

BOURGOIN-JALLIEU DOIT SE TOURNER VERS L’AVENIR

Le dynamisme naturel d’un territoire comme le nôtre doit profiter à ses habitants, ses acteurs économiques et associatifs.

Depuis 30 ans, les résultats constatés sont nettement en retrait par rapport aux atouts de notre ville : le taux de chômage, l’indice officiel de pauvreté, le taux d’accession à la propriété de logements, sans cesse rappelés par notre groupe, démontrent les erreurs et choix fortement pénalisants de la majorité actuelle de gauche.

Nous l’avons une nouvelle fois constaté à l’occasion du dernier conseil municipal par le vote « en force » du PLU (Plan Local d’Urbanisme), acte politique qui aurait dû être reporté après les élections municipales, respectant ainsi le choix des électeurs.

Il est urgent et possible de quitter les dogmes, pour l’action :

  • Actions déterminées pour accueillir de nouvelles entreprises sur notre territoire, sources d’ un plus grand nombre d’ emplois, donc de réduction du chômage ;
  • Actions de revitalisation du centre ville commerçant, mais aussi d’une meilleure fluidité de ses accès et stationnements ;
  • Actions plus dynamiques pour un meilleur cadre de vie des quartiers, véritablement à l’écoute des habitants et associations ;
  •  Actions et décisions pour une gestion maitrisée des impôts, des dépenses de fonctionnement au profit des investissements collectifs, mais aussi de la réduction de la dette et à terme, de la baisse des prélèvements fiscaux ;
  • Actions pour le rayonnement d’une ville et d’un territoire ouverts au développement par leur situation géographique privilégiée ;

    Arrêtons de SUBIR, pour CHOISIR une équipe et un projet d’avenir, tels que nous vous les proposons pour les élections municipales de mars prochain.

    Pour répondre aux enjeux de société, aux attentes des Berjalliens, il est indispensable, stimulant et de la responsabilité de chacun, que la démocratie respire par un changement de majorité.

     

    Jean-Pierre GIRARD

    pour le groupe d’opposition

Bourgoin Jallieu – Une organisation municipale catastrophique!

 Notre ville est un chantier qui n’en finit plus, avec son centre  sombre et poussiéreux, ses rues éventrées. Elles sont le constat affligeant d’une coordination et d’une organisation municipales catastrophiques, durablement défaillantes. On mesure ainsi le mépris par la majorité actuelle du commerce berjallien et son absence de prise en compte de ses emplois.

Quant à « l’embellissement de la ville », c’est désormais  le « fleurissement » des locaux à poubelles un peu partout dans le cœur commercial, historique  de Bourgoin-Jallieu. La majorité a fait le choix détestable de faire stationner des déchets plutôt que les clients pour la plupart extérieurs, qui viennent acheter, consommer et font vivre notre centre-ville.

Autre sujet de fond : les contradictions de notre commune au centre d’un territoire plus dynamique que la moyenne  et le taux de pauvreté de la population, plus élevé à Bourgoin-Jallieu que sur la moyenne de ce même territoire (réf.Plan Local de Santé). Ceci est le résultat des choix politiques contestables de la majorité actuelle, depuis des années.

Néanmoins, un coin de ciel bleu avec nos clubs sportifs, associatifs et leurs bénévoles qui obtiennent de remarquables résultats : foot, handisport, natation, athlétisme, etc.. Un coup de projecteur tout particulier pour le CSBJ Rugby qui montre  l’exemple d’un rebond particulièrement  réussi, régulier  tout au long   de cette saison, partant d’une situation qui paraissait désespérée. Félicitations aux joueurs, aux dirigeants, encadrants, bénévoles et supporters de l’ensemble de ces équipes.  Ils ont relevé ce défi, portant haut l’étendard des valeurs du sport et de la vitalité de  notre territoire. Ils méritent sans hésiter, la reconnaissance et l’appui  réel  de la ville.

 Jean-Pierre GIRARD

pour le groupe d’opposition

 

Bourgoin Jallieu : DEBAT D’ORIENTATION BUDGETAIRE

CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI  18 FEVRIER 2013

CONTEXTE NATIONAL

Il est irresponsable de ne pas regarder la réalité.

Pour 2013 et sa loi de Finance, le gouvernement s’est basé sur une prévision de croissance de 0, 8 %, alors que tous les experts s’accordaient sur une perspective au mieux de la moitié.

Tout cela pour équilibrer  en présentation le budget du pays. Aujourd’hui les constatations sont encore plus dures, mais le gouvernement de Jean-Marc AYRAULT s’enferme dans ses mensonges et erreurs graves pour la France.

La croissance, si il y en a une, sera proche de 0 en 2013.

800 à 1 000 chômeurs de plus par jour, au-delà du drame humain que cela représente pour les familles concernées, cette situation prive le financement collectif des recettes de leurs cotisations et en alourdit, dans le cadre solidaire de notre modèle social, les prélèvements et les dépenses.

Là encore, l’objectif de baisse des déficits publics à 3 % du PIB pour 2013 est une illusion coupable du gouvernement.

Nous ne sommes pas au cœur d’une crise passagère mais dans un changement de monde que nos dirigeants actuels  et passés n’ont pas su, pas voulu anticiper.

Seule, une prise de conscience réelle et objective de cette situation accompagnée d’une rupture dans les mauvaises habitudes des collectivités à dépenser l’argent qu’elles n’ont pas, permettra d’éviter le précipice financier, économique et social.

A retarder cette démarche responsable, on poursuivra l’aggravation des déficits et des financements de nos structures sociales, en même temps qu’une pression fiscale disproportionnée sur le travail, les ménages et les entreprises continuent à entraver notre compétitivité, nous faisant perdre tous les jours des marchés et les emplois qui vont avec.

Je remarque et note qu’au moment où le gouvernement baisse les dotations aux collectivités de 4, 5 milliards d’Euros sur 5 ans, que vous ne parlez plus de désengagement de l’Etat, alors même qu’en local, il impose aux collectivités de nouvelles compétences dans le cadre des rythmes scolaires, et l’organisation du temps périscolaire, sans en apporter les moyens, ou très peu pour ceux qui s’engageront dès 2013.

La sémantique ne manque pas de ressources, elle, pour souligner ou masquer le même évènement, selon les circonstances choisies.

Je constate, qu’à ce niveau du rapport, c’est-à-dire à plus de la moitié, vous n’avez pas évoqué une quelconque nécessité d’économies dans les dépenses publiques.

Par contre, vous soulignez, comme « bonne nouvelle : l’accroissement des volumes d’emprunts disponibles et l’allègement des règles prudentielles ».

Nous voyons bien où se trouvent vos priorités !

CONTEXTE LOCAL

En ce qui concerne le contexte de notre prochain Budget Primitif 2013 :

Nous notons des contradictions fortes entre

       les intentions que vous tentez d’afficher et

       les engagements pris, les promesses faites.

Les dépenses de fonctionnement continuent à augmenter.

Je mets à part les charges de personnel dans lesquelles il convient de distinguer les choix politiques, service par service et les négociations avec les partenaires sociaux. Sur ce dernier point, je remercie Madame MAS qui, en compagnie de Monsieur MARQUES, a répondu aux questions légitimes que notre groupe d’opposition se posait suite aux interpellations des représentants du personnel.

J’ai perçu de  sa part une volonté de transparence sur le déroulement,  l’éclairage et les réponses dans ces négociations.

Bien évidemment, nous restons à l’écoute des partenaires, conscients des difficultés actuelles à trouver un équilibre entre maintien du pouvoir d’achat et maîtrise budgétaire.

Par contre, nous ne pouvons que nous élever contre des décisions comme celles concernant le Théâtre Jean Vilar pour lequel, à ce jour, des dépenses conséquentes ont été engagées pour sa reconstruction.

Je rappelle les décisions financières de Monsieur le Maire données pour information au début de ce Conseil, engageant des centaines de milliers d’Euros à fonds perdus en comparaison des limites fixées lors des négociations salariales dans lesquelles il demeurait en écart quelques dizaines de milliers d’Euros (tickets restaurant) entre demandes qui ont été refusées et réponses.

En ce qui concerne les recettes, les impôts des Berjalliens sont encore à la hausse, déjà par la revalorisation des bases fiscales ( +1, 8%).

A cela, il convient d’ajouter ceux de CAPI , qui sont et seront également en hausse.

Que ce soient les impôts de Bourgoin-Jallieu ou ceux de la CAPI, c’est toujours la même poche des contribuables berjalliens qui est mise à contribution, réduisant toujours davantage le pouvoir d’achat, les capacités de consommation, d’investissements des familles et des entreprises.

En ce qui concerne les investissements, la liste qui nous est mentionnée oublie d’indiquer…… les sommes engagées (sous réserve même qu’elles soient respectées) et leur financements.

L’ANRU :d’ailleurs, à ce jour, plus de promesses, d’études que de réalisations.

L’Aménagement du CENTRE VILLE  dont la lenteur d’exécution constitue une pénalisation grave, durable pour les commerçants, leurs employés, les clients et l’attractivité de notre centre ville.

Le nouveau groupe scolaire dont la priorité géographique par rapport aux besoins du nouveau quartier de La Grive amène toutes nos réserves. A cela s’ajoute la dérive financière de cet investissement entre les 5 millions du départ et un atterrissage qui sera bien supérieur.

L’aménagement des anciennes écuries de l’Hôtel de Ville.

Les extensions des groupes scolaires et les travaux de construction d’un restaurant scolaire.

Le Théâtre Jean Vilar : Quid de sa reconstruction ?

Autant d’investissements qui ont été choisis par l’actuelle majorité mais avec quels financements ? Quel impact sur l’endettement de notre ville à 2, 3 ou 5 ans ?

Aucune communication prospective ne nous est faite.

Bien évidemment, il n’est nul besoin d’être initié pour savoir que tout ceci n’est pas possible en même temps.

C’est pour cela que vous pousser le tas de sable de l’endettement sur le prochain mandat pensant faire croire, à ce jour,  aux Berjalliens que l’endettement baisserait. Or, dès 2015, dans ce contexte, les finances de la commune auront perdu toutes marges de manœuvre et l’on reverra, très probablement, la Chambre Régionale des Comptes venir menacer  de mise sous tutelle notre collectivité.

Il n’est pas responsable de laisser  croire dans le discours à un désendettement, alors même que vos actes et décisions préparent pour 2015 une situation de surendettement, d’asphyxie financière, et par voie de conséquence, la perte d’autonomie budgétaire pour notre ville.

Gérer, c’est :

Anticiper ;

Faire des choix à la mesure de nos finances présentes et à venir, (dans le cadre d’une réduction budgétaire durable de nos partenaires : Etat, Régions, Départements) ;

Ne pas hypothéquer l’avenir  et laisser la capacité aux équipes futures de répondre aux besoins essentiels des habitants ;

Il vous reste un mois, Monsieur le Maire, pour renoncer dans votre Budget Primitif à la dérive financière dans laquelle, vous et votre équipe entrainez notre ville.

 Jean-Pierre GIRARD

pour le groupe d’opposition

 

DEFENDRE, PROMOUVOIR et RENFORCER L’INDUSTRIE : Le combat pour le travail et l’emploi en France.

 Les autres articles de JP. GIRARD

 

 

L’industrie est un des moteurs déterminant de l’emploi. C’est à la fois un atout et une ambition pour nos entreprises, nos territoires et leurs habitants.

C’est ce qu’est venu souligner François FILLON à l’occasion de sa visite récente en Nord-Isère.

Rhône-Alpes 1ère région industrielle de notre pays, doit être le moteur de la réindustrialisation. Les mesures gouvernementales d’allègement de charges (suppression de la taxe professionnelle pour les entreprises industrielles, diminution de la part patronale des charges sociales) ont pour objectif de redonner de la compétitivité à notre  outil de production, aux entreprises qui l’incarnent et ainsi permettre la conquête de nouveaux marchés.

Le 1er ministre a également souligné le facteur déterminant que représente l’innovation et rappeler la pertinence du crédit d’impôt recherche que son gouvernement a mis en place. C’est un succès qui est plébiscité au profit de la recherche et des avantages concurrentiels qu’elle génère.

« C’est en mêlant le travail et la recherche, la production et l’innovation, que naîtront les réussites industrielles de la France de demain qui permettront aux futures générations de travailler ; Mais c’est aussi de cette façon que notre pays continuera à être l’un des pays sur la planète où l’on vit le mieux ».

Jean Pierre GIRARD

                                                           Les autres articles de JP. GIRARD

BOURGOIN-JALLIEU : La cité de demain se prépare aujourd’hui.

Les autres articles de Jean-Pierre GIRARD

Qualité de l’urbanisation : entre logement, accessibilité, circulation et stationnement,

Qualité de la vie : entre services à la population, sécurité, environnement et propreté de la ville,

Qualité de la démarche économique : en faveur de l’attractivité du commerce et de l’implantation des entreprises,

Qualité de la gestion des impôts locaux : entre frais de fonctionnement, équilibres des investissements et réduction de la dette :

Autant d’enjeux qui nécessitent, au minimum, un véritable plan quinquennal.

Alors qu’il y a quelques semaines, en séance publique du conseil municipal avait lieu le débat d’orientation budgétaire, malheureusement rien de cette vision à moyen terme n’a été proposé par la majorité actuelle.

A ne jamais rien anticiper, on hypothèque durablement l’avenir.

Jean-Pierre GIRARD

Les autres articles de Jean-Pierre GIRARD

Nord Isère : David DOUILLET en visite à Bourgoin Jallieu

L’équipe complète  du CSBJ rugby, rassemblée derrière son président Gaston MAULIN, ainsi que les élus, et les amis du club, ont eu le plaisir d’accueillir David DOUILLET notre ministre des sports.

A cette occasion, j’ai pu évoquer avec lui les sujets de la formation des joueurs et de la préparation de leur « futur » : leur vie après la période de sportif professionnel.

David DOUILLET a également abordé la problématique de l’argent et des budgets des clubs. Il a précisé que la dérive à laquelle on assiste au niveau international et plus particulièrement dans certains clubs de football, n’était ni saine ni durable. A titre d’exemple, David DOUILLET a rappelé l’endettement du football espagnol : 4,2 Md €.

Mais il a surtout rappelé aux joueurs du CSBJ Rugby, qu’ils avaient beaucoup de chance d’exercer leur passion au quotidien : « Profitez en bien car cela passe vite, je peux en témoigner. Faites vous plaisir et partagez avec le public! Le CSBJ est une référence pour le rugby en France; son centre de formation est d’une qualité rare. Je souhaite qu’il franchise ce moment plus difficile qu’il connait actuellement avec le courage, l’engagement et la volonté qu’on lui connait, pour qu’il rejoigne au plus vite l’élite qu’il mérite. »

David DOUILLET a également développé la proposition de loi qu’il a fait récemment adopter sur l’éthique et le dopage.

Cette rencontre s’est effectuée au coeur du stade Pierre RAJON avec un Homme, certes auréolé de nombreux titres olympiques et mondiaux, mais d’une humilité, d’une gentillesse et d’un pragmatisme remarquables.

Un GRAND HOMME! La conscience du réel et le dynamisme du sportif. Un beau moment pour le CSBJ Rugby.

 

Nord Isère : Roselyne BACHELOT centre sa visite sur le handicap et le troisième âge.

A l’occasion de la visite, en Nord Isère, de Roselyne BACHELOT, ministre des solidarités et de la cohésion sociale,  j’ai pu m’entretenir avec elle des sujets qui sont importants aujourd’hui dans notre société.

- LA COHESION SOCIALE est chaque jour malmenée par un environnement difficile. Le chômage, conséquence fréquente d’une économie en compétition permanente qui peine à résister à la mondialisation. L’isolement de nombreux de nos citoyens de tous âges, se retrouvent seuls face à des difficultés d’emploi et de logement.

- LE HANDICAP ET LES ETABLISSEMENTS D’ACCUEIL. Roselyne BACHELOT a fait le point sur la loi de février 2005. Elle en a profité pour insister sur la forte amélioration de l’accueil des enfants handicapés dans le milieu scolaire. Mais ces progrès importants doivent se poursuivre par le travail d’accessibilité dans toutes nos infrastructures collectives.

- TROISIEME AGE. La visite  de maisons de retraite, notamment aux Abrets, lui a permis de rappeler les moyens et actions engagés par le gourvernement avec le concours des conseils généraux, soulignant le déséquilibre actuel du nombre de places entre le nord et le sud de notre pays.

Le sujet de l’égalité Hommes / Femmes a également été abordé.

Une visite dense dans son programme, rythmée à l’image de cette ancienne ministre des sports. Un dialogue et une écoute particulièrement positifs.

Jean-Pierre GIRARD

CRISE et AVENIR : Personne ne doit s’exonérer de l’avenir

La vérité est désormais révélée sous le nom de crise. Elle rejoint la réalité dont le quotidien compliqué est, sur le plan économique, déloyalement concurrencé. Elle laisse également entrevoir un futur hypothéqué et déséquilibré. Pourtant, nous devons saisir cet avenir pour le reformater, restituer à nos collectivités locales, nationale, leur rôle « régalien » d’aménageur des territoires sur lesquels doivent se conjuguer avec intelligence, équilibre : travail, logement, éducation, sécurité, culture, solidarité, sport et cadre de vie… qui constituent les véritables attentes des populations. Autant de priorités qui doivent chasser des budgets publics les gaspillages, les dépenses inutiles et imposer un emploi rigoureux de l’argent public.

2012 est une année privilégiée pour le débat et l’expression démocratique. Le gagnant de ces élections doit en être l’électeur lui-même, parce qu’en allant tous voter, le poids de la nation et de son peuple en sera renforcer. Les élus désignés auront bien plus qu’une légitimité de pouvoir mais celle du devoir ; ils seront comptables, vis-à-vis du peuple, de leurs actions, de leur efficacité, de leur représentativité de circonscription, et non prioritairement de celle des appareils politiques.

Les citoyens, le monde du travail, en France, malmenés depuis plusieurs décennies doivent prendre leur destin en mains. Une participation très forte aux scrutins présidentiel et législatifs, constituera un signal fort d’exigence et de choix dont nos communes et intercommunalités à coup sûr bénéficieront, ce dont elles ont bien besoin dans leur situation actuelle.

 

Jean-Pierre GIRARD

pour le groupe d’opposition

BOURGOIN JALLIEU : Dette, un excès dangereux !

A  Bourgoin-Jallieu, la dette, très lourde, est un handicap et une menace :

-       Un handicap qui a consommé depuis des années plusieurs dizaines de millions d’Euros d’intérêts. Chacun peut imaginer ce que l’on peut, avec de telles sommes, apporter comme services supplémentaires à la population, comme moyens aux associations, les transformer en équipements, ou mieux encore, ne pas les prendre dans les poches des citoyens et des entreprises.

-       Une menace pour le présent, car elle asphyxie les moyens d’actions, pourtant urgents, en direction  de l’accessibilité, de la sécurité, du logement…. Ou simples comme la qualité de la ville, sa propreté.

-       Une menace pour l’avenir, car la dette de notre ville hypothèque la liberté de choix et d’aménagements pour les élus futurs.

A chaque vote du budget, notre groupe rappelle les règles de bon sens. Faute de nous avoir écouté et entendu, la Chambre Régionale des Comptes, elle aussi, a tiré la sonnette d’alerte et sommé la majorité en place. Aujourd’hui, notre ville reste nettement plus endettée que la moyenne des villes de sa taille et la baisse en cours, dans le cadre de la réduction des déficits budgétaires, des participations financières de ses partenaires (Département, Etat, Région), accentue cette réalité. Certes, les chiffres, l’argent publics et leurs conséquences ne sont pas auprès des citoyens des sujets très « glamour », mais ils ne peuvent être absents des réflexions et décisions de tous.

Il n’y a pas de fatalité. Ce sont les mauvais choix de la majorité municipale qui ont conduit à cette situation, ce sont les bons choix des Berjalliens qui permettront d’en sortir.

Avec Vous, pour Vous,

Sincèrement,

Jean-Pierre GIRARD

Chef de l’opposition municipale de Bourgoin Jallieu

ISERE – Jean-Pierre GIRARD Candidat à la Présidence de l’UMP 38

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis heureux de vous faire partager l’article du Dauphiné Libéré de ce jour qui annonce ma candidature à la Présidence de l’UMP 38.

Amitiés,

Jean-Pierre

WordPress Themes