Category: UMP 38

Nord Isère – G4, une de plus !!!….

Les autres articles de Jean-Pierre GIRARD

C’est une structure publique nouvelle ; des dépenses supplémentaires et des compétences (économie, transports, aménagement du territoire, culture) déjà exercées par la Région, de quoi étonner et agacer le président Jean-Jacques QUEYRANNE, mais aussi l’ensemble des 157 conseillers régionaux.

C’est immédiatement 930 000 € de budget de fonctionnement.

Chers contribuables….. A votre bon cœur !

Après les 2 800 000 € d’impôts nouveaux votés il y a 2 mois par la CAPI, c’est tout autant critiquable qu’irresponsable. Mais, comprenez-le, c’est un lieu de pouvoir immédiatement présidé par le maire de Lyon sous l’autorité duquel le président de CAPI et maire de Bourgoin-Jallieu, Alain COTTALORDA fait ainsi allégeance.

C’est par voie de conséquence un espace de danger pour nos hectares disponibles et l’abandon de leur maîtrise dans le choix des implantations économiques, de services publics et d’équipements, cela au profit de cette structure dans laquelle nous sommes largement minoritaires.

Que la CAPI devienne d’abord majeure, homogène, forte et autonome financièrement, politiquement avec la volonté de « travailler plus » au service de son territoire, de sa population, sans, cette fois vouloir « gagner plus » de pouvoir pour quelques uns….

 

Jean-Pierre GIRARD pour le groupe d’opposition

 

*le G4 regroupe les 4 agglomérations : le Grand Lyon, St Etienne Métropole, Vienne Agglo et la CAPI

 

Les autres articles de Jean-Pierre GIRARD

DEFENDRE, PROMOUVOIR et RENFORCER L’INDUSTRIE : Le combat pour le travail et l’emploi en France.

 Les autres articles de JP. GIRARD

 

 

L’industrie est un des moteurs déterminant de l’emploi. C’est à la fois un atout et une ambition pour nos entreprises, nos territoires et leurs habitants.

C’est ce qu’est venu souligner François FILLON à l’occasion de sa visite récente en Nord-Isère.

Rhône-Alpes 1ère région industrielle de notre pays, doit être le moteur de la réindustrialisation. Les mesures gouvernementales d’allègement de charges (suppression de la taxe professionnelle pour les entreprises industrielles, diminution de la part patronale des charges sociales) ont pour objectif de redonner de la compétitivité à notre  outil de production, aux entreprises qui l’incarnent et ainsi permettre la conquête de nouveaux marchés.

Le 1er ministre a également souligné le facteur déterminant que représente l’innovation et rappeler la pertinence du crédit d’impôt recherche que son gouvernement a mis en place. C’est un succès qui est plébiscité au profit de la recherche et des avantages concurrentiels qu’elle génère.

« C’est en mêlant le travail et la recherche, la production et l’innovation, que naîtront les réussites industrielles de la France de demain qui permettront aux futures générations de travailler ; Mais c’est aussi de cette façon que notre pays continuera à être l’un des pays sur la planète où l’on vit le mieux ».

Jean Pierre GIRARD

                                                           Les autres articles de JP. GIRARD

BOURGOIN-JALLIEU : La cité de demain se prépare aujourd’hui.

Les autres articles de Jean-Pierre GIRARD

Qualité de l’urbanisation : entre logement, accessibilité, circulation et stationnement,

Qualité de la vie : entre services à la population, sécurité, environnement et propreté de la ville,

Qualité de la démarche économique : en faveur de l’attractivité du commerce et de l’implantation des entreprises,

Qualité de la gestion des impôts locaux : entre frais de fonctionnement, équilibres des investissements et réduction de la dette :

Autant d’enjeux qui nécessitent, au minimum, un véritable plan quinquennal.

Alors qu’il y a quelques semaines, en séance publique du conseil municipal avait lieu le débat d’orientation budgétaire, malheureusement rien de cette vision à moyen terme n’a été proposé par la majorité actuelle.

A ne jamais rien anticiper, on hypothèque durablement l’avenir.

Jean-Pierre GIRARD

Les autres articles de Jean-Pierre GIRARD

Nord Isère : David DOUILLET en visite à Bourgoin Jallieu

L’équipe complète  du CSBJ rugby, rassemblée derrière son président Gaston MAULIN, ainsi que les élus, et les amis du club, ont eu le plaisir d’accueillir David DOUILLET notre ministre des sports.

A cette occasion, j’ai pu évoquer avec lui les sujets de la formation des joueurs et de la préparation de leur « futur » : leur vie après la période de sportif professionnel.

David DOUILLET a également abordé la problématique de l’argent et des budgets des clubs. Il a précisé que la dérive à laquelle on assiste au niveau international et plus particulièrement dans certains clubs de football, n’était ni saine ni durable. A titre d’exemple, David DOUILLET a rappelé l’endettement du football espagnol : 4,2 Md €.

Mais il a surtout rappelé aux joueurs du CSBJ Rugby, qu’ils avaient beaucoup de chance d’exercer leur passion au quotidien : « Profitez en bien car cela passe vite, je peux en témoigner. Faites vous plaisir et partagez avec le public! Le CSBJ est une référence pour le rugby en France; son centre de formation est d’une qualité rare. Je souhaite qu’il franchise ce moment plus difficile qu’il connait actuellement avec le courage, l’engagement et la volonté qu’on lui connait, pour qu’il rejoigne au plus vite l’élite qu’il mérite. »

David DOUILLET a également développé la proposition de loi qu’il a fait récemment adopter sur l’éthique et le dopage.

Cette rencontre s’est effectuée au coeur du stade Pierre RAJON avec un Homme, certes auréolé de nombreux titres olympiques et mondiaux, mais d’une humilité, d’une gentillesse et d’un pragmatisme remarquables.

Un GRAND HOMME! La conscience du réel et le dynamisme du sportif. Un beau moment pour le CSBJ Rugby.

 

Nord Isère : Roselyne BACHELOT centre sa visite sur le handicap et le troisième âge.

A l’occasion de la visite, en Nord Isère, de Roselyne BACHELOT, ministre des solidarités et de la cohésion sociale,  j’ai pu m’entretenir avec elle des sujets qui sont importants aujourd’hui dans notre société.

- LA COHESION SOCIALE est chaque jour malmenée par un environnement difficile. Le chômage, conséquence fréquente d’une économie en compétition permanente qui peine à résister à la mondialisation. L’isolement de nombreux de nos citoyens de tous âges, se retrouvent seuls face à des difficultés d’emploi et de logement.

- LE HANDICAP ET LES ETABLISSEMENTS D’ACCUEIL. Roselyne BACHELOT a fait le point sur la loi de février 2005. Elle en a profité pour insister sur la forte amélioration de l’accueil des enfants handicapés dans le milieu scolaire. Mais ces progrès importants doivent se poursuivre par le travail d’accessibilité dans toutes nos infrastructures collectives.

- TROISIEME AGE. La visite  de maisons de retraite, notamment aux Abrets, lui a permis de rappeler les moyens et actions engagés par le gourvernement avec le concours des conseils généraux, soulignant le déséquilibre actuel du nombre de places entre le nord et le sud de notre pays.

Le sujet de l’égalité Hommes / Femmes a également été abordé.

Une visite dense dans son programme, rythmée à l’image de cette ancienne ministre des sports. Un dialogue et une écoute particulièrement positifs.

Jean-Pierre GIRARD

CRISE et AVENIR : Personne ne doit s’exonérer de l’avenir

La vérité est désormais révélée sous le nom de crise. Elle rejoint la réalité dont le quotidien compliqué est, sur le plan économique, déloyalement concurrencé. Elle laisse également entrevoir un futur hypothéqué et déséquilibré. Pourtant, nous devons saisir cet avenir pour le reformater, restituer à nos collectivités locales, nationale, leur rôle « régalien » d’aménageur des territoires sur lesquels doivent se conjuguer avec intelligence, équilibre : travail, logement, éducation, sécurité, culture, solidarité, sport et cadre de vie… qui constituent les véritables attentes des populations. Autant de priorités qui doivent chasser des budgets publics les gaspillages, les dépenses inutiles et imposer un emploi rigoureux de l’argent public.

2012 est une année privilégiée pour le débat et l’expression démocratique. Le gagnant de ces élections doit en être l’électeur lui-même, parce qu’en allant tous voter, le poids de la nation et de son peuple en sera renforcer. Les élus désignés auront bien plus qu’une légitimité de pouvoir mais celle du devoir ; ils seront comptables, vis-à-vis du peuple, de leurs actions, de leur efficacité, de leur représentativité de circonscription, et non prioritairement de celle des appareils politiques.

Les citoyens, le monde du travail, en France, malmenés depuis plusieurs décennies doivent prendre leur destin en mains. Une participation très forte aux scrutins présidentiel et législatifs, constituera un signal fort d’exigence et de choix dont nos communes et intercommunalités à coup sûr bénéficieront, ce dont elles ont bien besoin dans leur situation actuelle.

 

Jean-Pierre GIRARD

pour le groupe d’opposition

BOURGOIN JALLIEU : Dette, un excès dangereux !

A  Bourgoin-Jallieu, la dette, très lourde, est un handicap et une menace :

-       Un handicap qui a consommé depuis des années plusieurs dizaines de millions d’Euros d’intérêts. Chacun peut imaginer ce que l’on peut, avec de telles sommes, apporter comme services supplémentaires à la population, comme moyens aux associations, les transformer en équipements, ou mieux encore, ne pas les prendre dans les poches des citoyens et des entreprises.

-       Une menace pour le présent, car elle asphyxie les moyens d’actions, pourtant urgents, en direction  de l’accessibilité, de la sécurité, du logement…. Ou simples comme la qualité de la ville, sa propreté.

-       Une menace pour l’avenir, car la dette de notre ville hypothèque la liberté de choix et d’aménagements pour les élus futurs.

A chaque vote du budget, notre groupe rappelle les règles de bon sens. Faute de nous avoir écouté et entendu, la Chambre Régionale des Comptes, elle aussi, a tiré la sonnette d’alerte et sommé la majorité en place. Aujourd’hui, notre ville reste nettement plus endettée que la moyenne des villes de sa taille et la baisse en cours, dans le cadre de la réduction des déficits budgétaires, des participations financières de ses partenaires (Département, Etat, Région), accentue cette réalité. Certes, les chiffres, l’argent publics et leurs conséquences ne sont pas auprès des citoyens des sujets très « glamour », mais ils ne peuvent être absents des réflexions et décisions de tous.

Il n’y a pas de fatalité. Ce sont les mauvais choix de la majorité municipale qui ont conduit à cette situation, ce sont les bons choix des Berjalliens qui permettront d’en sortir.

Avec Vous, pour Vous,

Sincèrement,

Jean-Pierre GIRARD

Chef de l’opposition municipale de Bourgoin Jallieu

ISERE – Jean-Pierre GIRARD Candidat à la Présidence de l’UMP 38

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis heureux de vous faire partager l’article du Dauphiné Libéré de ce jour qui annonce ma candidature à la Présidence de l’UMP 38.

Amitiés,

Jean-Pierre

BOURGOIN-JALLIEU : CONSEIL MUNICIPAL DU 28 MARS 2011

La délibération principale ce de Conseil Municipal concernait le vote du Budget Primitif de la ville (Budget Principal).

Rappelons que le Budget Primitif est un affichage, une forme de promesse de réalisations pour l’année. Si il y a bien  une obligation définie par la loi, il n’y a aucune mesure réglementaire, de contrôle et d’appréciation entre le Budget Primitif (prévisionnel) et le Budget réalisé, contrairement à d’autres organismes telles les Chambres Consulaires.

Il s’agit d’un projet, souvent plein de bonnes intentions qui sont loin d’être toutes exécutées, notamment en investissements.

A Bourgoin-Jallieu, il suffit de mettre en parallèle chaque année le Budget Primitif et le Budget exécuté pour constater les écarts entre affichages et réalités.

Deux commentaires à cette étape :

-           soit il y a la volonté de paraître un bon élève,

-          Soit, au-delà d’imprévus toujours possibles mais plutôt exceptionnels, il y a incapacité à maîtriser, piloter le déroulement des dossiers.

En fait, c’est bien souvent les deux qui se conjuguent, voire s’additionnent. C’est toujours, de ce fait, source de dépenses supplémentaires.

Quelques chiffres pour l’année 2011 :

36 440 000 € en dépenses de fonctionnement.

28 672 000 € en dépenses d’investissement y compris des reports à réaliser pour 4 836 000 € et des opérations d’ordre (SEMIPA).

Le poste le plus important dans les charges de fonctionnement soit 14 000 000 € concerne les frais de personnel. La part fonctionnement du Budget principal finance les services que la commune assure directement en direction des Berjalliens.

Dans les choix politiques de la majorité, choix de gestion que nous dénonçons depuis de nombreuses années, le recours excessif à l’emprunt : 37 000 000 € (net ville) d’encours de la dette (capital restant dû au 01 01 2011) très largement au-dessus des villes comparables de notre strate.

La conséquence est immédiate et brutale : plus de 1 400 000 € d’intérêts pour l’année 2011, près du double des villes de notre strate (25 000 habitants).

Un gaspillage d’argent public, de nos impôts, né d’un « appétit de dépenses »… où la gourmandise avait plus grands yeux que grand ventre…..

En tous cas, chacun imagine ce que la moitié de 1 400 000 € soit 700 000 € (conséquence de cet excédent de gourmandise) donnerait  comme moyens supplémentaires aux associations de notre ville, aux services aux habitants ou en baisse d’impôts locaux…

Alors, lorsque la gauche ne cesse de parler de désengagement de l’Etat, en matière de financement des collectivités, elle a beaucoup à balayer devant sa porte, berjallienne tout particulièrement.

La vertu du désendettement, à laquelle elle « semble vouloir adhérer » désormais est en réalité une soumission aux remontrances appuyées, aux sommations de la Chambre Régionale des Comptes. Il était temps, mais attention à la récidive !!!…. Nous surveillerons.

Autre délibération marquante : la nomination de 2 délégués supplémentaires à la Communauté d’Agglomération Porte de l’Isère (CAPI). Dans le respect de l’augmentation de la population berjallienne, le nombre de délégués du Conseil Municipal de Bourgoin-Jallieu passe de 14 à 16. L’opposition qui représente 47% de la population (aux dernières élections municipales de 2008, avec un taux très important de participation des électeurs), n’a aucun représentant, ce qui est tout aussi anormal qu’antidémocratique. A l’occasion de cet ajout de 2 délégués, nous avons rappelé cette atteinte à la représentation démocratique, en demandant au minimum l’un des 2 postes de délégué. Le maire Alain COTTALORDA s’y est opposé et a exhorté sa majorité à ne pas voter pour nous et à soutenir exclusivement les 2 candidats de gauche.

Compte tenu du rapport de force : 28 élus de gauche, 7 élus de l’opposition, les 2 candidats de gauche ont été élus et 47 % de la population berjallienne n’est toujours pas représentée à la CAPI.

Chacun appréciera la « démocratie à la soviétique » berjallienne, alors que dès 2014 la loi imposera cette réalité. Les bonnes pratiques ne sont pas berjalliennes….

Enfin et pour conclure, 3 ème délibération importante.

Dans le cadre du plan prévisionnel d’investissement, l’autorisation de programme de construction d’un groupe scolaire et d’un restaurant scolaire sur le site Diederichs est nécessitée par une croissance du nombre d’élèves. Si cet investissement a bien fait l’objet d’une estimation en coût de 6 350 000 €, la pratique budgétaire voudrait que la même démarche soit élaborée et mentionnée dans la délibération en ce qui concerne son financement. Aucune information, même prospective sur les financeurs, leurs participations et les taux d’intérêt pour la part emprunt.

Sur l’un comme sur l’autre, nous serons vigilants :

-          Respect du budget,

-          Equilibre et coûts des financements.

 

Jean-Pierre GIRARD

UMP 38 : Michel SAVIN soutient la Candidature de Jean Pierre GIRARD à la Présidence

Article du Dauphiné Libéré

WordPress Themes