Ma Tribune

LA TECTONIQUE DES PEUPLES ET DES ECONOMIES

Notre planète est en effervescence, et l’Homme au cœur de ces mutations titanesques.

Le changement de société n’a rien de nouveau. L’Histoire nous a montré les nombreuses évolutions liées à l’esprit de conquête des uns, à l’attractivité flux économiques nouveaux (épices, textiles) pour d’autres à une géographie propice aux échéances, notamment autour  des ports, des fleuves, mais aussi et encore due à l’absence de vision sur l’avenir, de prospective et d’anticipation des dirigeants au pouvoir. Le relâchement de peuples entiers, bercés par le bien-être, le bien-vivre les a parfois précipité vers une décadence destructrice, au profit d’autres peuples plus combatifs.

Ces réalités historiques, rythmées différemment tout au long des siècles se retrouvent dans le bouleversement d’aujourd’hui. Elles sont, de plus amplifiées, accélérées par une communication immédiate et permanente, mais aussi par la disparition des distances entre toutes les extrémités et points de la terre. En effet, les moyens de transport ont rapproché les continents et réduit d’une façon drastique « l’espace temps ». Les technologies en forte évolution, les modes de vie et nouvelles priorités des peuples, associés ou conséquences d’une économie de plus en plus globale et sélective, fissurent nos sociétés les rendant de moins en moins homogènes et de plus en plus égoïstes. Ainsi, l’équilibre, adossé à une classe moyenne fortement majoritaire et porteuse des valeurs de travail, vivant de ce dernier, autour de la Famille, avec le bon sens comme prisme d’observation et de participation à la vie collective, a fait une place sans cesse croissante à un appétit de consommation toujours en pleine accélération qui pose les questions de production, de matières premières, mais aussi d’accès financiers à ces biens.

D’ailleurs, dans cette course effrénée, les paris boursiers sur les succès des uns ou les échecs des autres, traversent désormais quotidiennement et en permanence les mers et océans au rythme des ondes et à la vitesse de la lumière. De cette vitesse, de cette domination financière mondiale, naît l’illusion de la richesse facile, du « tout possible » qui finissent ou finiront par « atterrir » avec fracas et pertes que les moins informés, souvent aussi candides paient cash.

L’absence d’une gouvernance mondiale efficace n’attenue pas ces effets indésirables. Au contraire, rien n’entrave l’accélération des excès. On peut comprendre les immenses difficultés à faire converger les Etats, leurs intérêts respectifs vers un sens commun de la société ; son niveau de vie, de consommation, de protection lorsque l’on met autour de la même table les pays de l’Union Européenne, déjà très différents entre eux de l’Ouest et de l’Est, avec ceux de l’Afrique, dont « l’ébullition actuelle » est à prendre particulièrement au sérieux, mais aussi les pays d’Amérique du Nord dont les Etats Unis, l’Asie avec la Chine, l’Inde, sans oublier la zone de libre échange que l’ASEAN et la Chine mettent en place depuis 2010.

Autant de sujets, de paramètres qui malmènent notre présent et rendent incertain notre futur. Mais en fait rien d’autre qu’un moment de notre histoire que l’époque accélère et pour lequel la prise en compte avec réalisme, l’engagement, les convictions et l’action constituent le socle indispensable d’une orientation optimiste pour cet avenir qu’il nous appartient à tous de construire.

Le succès est dans l’adhésion, le partage de la vision du futur sur terre et la prise en compte des écarts actuels des peuples.

Nous nous retrouverons autour de ces grands enjeux de société, des paramètres qui en constituent à la fois les variables mais aussi les moteurs, que ce soit :

  • le rôle de l’économie mondiale,
  • celui de la gouvernance à l’échelle de la planète, mais aussi celui de la finance,
  • les choix d’équilibre de vie des peuples,
  • la réduction des amplitudes,
  • les ressources en matières premières et énergétique,
  • …….

Définir, choisir et construire notre société de demain,

c’est tout de suite

et

tous ensemble.

Jean-Pierre GIRARD –       07 02 2011

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.

WordPress Themes